A l’attention des futurs immigrants au Québec et titulaires d’un PhD en Biologie

A l’attention des futurs immigrants au Québec et titulaires d’un PhD en Biologie

Décrocher un travail au Québec comme chercheur scientifique devient de plus en plus difficile. Les opportunités d’emploi restent cependant plus importantes  pour les post-docs ou pour ceux qui comptent faire des études de biologie  ici. En revanche, pour les chercheurs confirmés cela est devenu complétement impossible de décrocher quoi que ce soit et la situation des chercheurs est dans certain cas dramatique.
-La baisse du budget dédié à la recherche scientifique

-La majorité des emplois offerts sont des postes d’assistants de recherche et de techniciens (niveau DEC, baccalauréat ou maîtrise).

-Les postes d’enseignants comme chargés de cours sont pratiquement réservés aux diplômés de leurs universités.
-Depuis deux ans on assiste également à un départ massif des industries biopharmaceutiques du Québec.
-Très peu d’offres d’emploi pour les post “post doc”

Avant de venir au Québec, je vous conseille de trouver d’abord un emploi ou une promesse d’embauche et d’identifier des domaines de la biologie où des perspectives d’emploi reste ouvertes. 
Sinon vous risquez de vous retrouver au chômage forcé et ce pour une longue période.

voici un article sur le départ des industries biopharma du Québec.

L’avenir est incertain pour ce qui reste des activités d’Enobia Pharma à Montréal.

link:http://affaires.lapresse.ca/economie/sante/201305/16/01-4651363-avenir-incertain-pour-enobia.php

Si certains intervenants craignent que cette histoire de succès ne se termine en queue de poisson, d’autres soulignent les retombées positives de l’acquisition de la petite société de biotechnologie en février 2012 par l’entreprise américaine Alexion Pharmaceuticals, pour 610 millions de dollars.
Une partie de l’héritage d’Enobia pourrait d’ailleurs se transformer en nouveau projet de recherche.
Enobia développait une molécule pour traiter l’hypophosphatasie, une maladie rare d’origine génétique pour laquelle il n’existait aucun traitement. Alexion s’est engagée à verser 470 millions supplémentaires advenant l’atteinte de certains objectifs commerciaux.
Il se fait encore de la recherche dans les bureaux de la société, au Technopôle Angus, mais il y a eu des suppressions de postes et le maintien des activités après 2013 n’est pas assuré.
«C’est en évaluation, a déclaré la directrice de la recherche au bureau de Montréal, Isabelle Lemire, à La Presse Affaires. Nous avons des objectifs pour l’année 2013. Ensuite, ce sera révisé.»
Le directeur des communications d’Alexion, Irving Adler, a souligné qu’Alexion n’avait jamais parlé de la fermeture des bureaux de Montréal.
Le président et chef de la direction de la Société de développement Angus, Christian Yaccarini, a toutefois affirmé que ce qui restait d’Enobia allait quitter le Technopôle Angus, et le Québec, à la fin de 2013.
La Société de développement Angus espérait que la société grandisse, occupe des locaux supplémentaires et crée davantage d’emplois. «Voilà que nous apprenons qu’ils s’en vont aux États-Unis, a déploré M. Yaccarini. C’était une belle histoire, une bande de chercheurs francophones de l’Université de Montréal qui découvrent une molécule qui va sauver la vie d’enfants, mais ça finit un peu en queue de poisson parce que ça quitte le Québec.»
Marie-Claude Boisvert, chef de l’exploitation d’un des actionnaires d’Enobia, Capital régional et corporatif Desjardins (CRCD), a indiqué que l’idée qu’une entreprise épaulée par son institution finisse par disparaître du Québec lui donnait «un haut-le-coeur».
Le CRCD a d’ailleurs décidé de se retirer du secteur de la biotechnologie et de se recentrer sur ses cibles d’origine, les régions ressources et les coopératives.
«Nous voulons faire l’effort de garder la propriété des entreprises ici au Québec, a-t-elle déclaré. Ça ne fonctionnait plus de continuer dans les biotechs.»
Ken Pastor, associé principal du fonds CTI Sciences de la vie, autre actionnaire d’Enobia, a souligné qu’il n’y avait pas beaucoup d’entreprises au Canada qui auraient pu acquérir ce genre de société, qui aurait pu verser 1 milliard de dollars pour un produit qui n’était pas encore approuvé.
Le directeur général de l’association d’entreprises de biotechnologie BioQuébec, Mario Plourde, a affirmé qu’il s’agissait d’un phénomène mondial.
«On crée un bijou, après le bijou s’en va, c’est dans l’ordre normal des choses, a-t-il soupiré. Nous choisissons de regarder l’essaimage: qu’est-ce qui reste après, dans quelle mesure l’équipe qui a bénéficié de la transaction s’implique de nouveau?»
L’ancien président et chef de la direction d’Enobia, Robert Heft, a affirmé que la transaction avait prouvé que les investisseurs pouvaient avoir un bon rendement dans le domaine des sciences de la vie au Québec.
«Au cours des 12 à 18 derniers mois, nous avons vu plus d’intérêt du côté du capital de risque», a-t-il affirmé.
Le fonds CTI, qui compte la Caisse de dépôt et placement du Québec et le Fonds de solidarité FTQ parmi ses investisseurs, lorgne d’ailleurs une deuxième application de la molécule découverte par Enobia. Alexion a fait l’acquisition de ce deuxième programme, mais elle ne le développe pas pour l’instant. CTI, épaulé par d’autres investisseurs, pourrait établir un partenariat avec Alexion ou racheter le deuxième programme pour le développer.
«Régénérer la recherche, employer des chercheurs, faire fonctionner des sociétés de recherche contractuelles: il y a des choses qui découlent des succès d’Enobia», a soutenu Ken Pastor.
————-
UN NOUVEAU MODÈLE EN VUE
Teralys Capital travaille sur un nouveau modèle d’investissement dans le secteur des sciences de la vie pour susciter davantage de pérennité. Le fonds, qui compte des engagements de capitaux de plus de 700 millions de dollars de la part de la Caisse de dépôt et placement du Québec, du Fonds de solidarité FTQ et d’Investissement Québec, vise le financement de projets, et non pas d’entreprises. «Avant, quand on trouvait une molécule, on créait une entreprise autour, a raconté Jacques Bernier, associé principal chez Teralys. Dorénavant, nous mettrons davantage l’argent sur la science plutôt que sur la création d’une équipe avec son petit royaume, sa bâtisse, son président.» Il s’agira de mettre en place des «équipes volantes» qui passeront d’un projet à l’autre et qui feront effectuer les recherches par des sociétés de recherche contractuelles. «Il y a peut-être une façon de bâtir une pérennité dans l’industrie de façon différente, a déclaré M. Bernier. C’est important qu’on ne bâtisse pas des choses qu’on jette par la suite.»

http://affaires.lapresse.ca/economie/sante/201305/16/01-4651363-avenir-incertain-pour-enobia.php

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: