Les bandits de la science (suite): Pr Hwang Woo-suk: le come back

Les bandits de la science (suite):
Pr Hwang Woo-suk: le come back
2013.
link: http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/05/07/le-retour-controverse-du-pionnier-du-clonage_3172779_3216.html

C’est l’une des figures les plus controversées du monde scientifique qui revient petit à petit sur le devant de la scène médiatique. La chaîne National Geographic a diffusé, en avril, un documentaire sur la découverte dans le permafrost sibérien, en août 2012, d’une carcasse de bébé mammouth et les premiers efforts d’une équipe de la fondation sud-coréenne Sooam pour tenter de le fairerevivre. Or, l’un des responsables de cette fondation créée en 2006 n’est autre que le chercheur sud-coréen Hwang Woo-suk. C’est d’ailleurs lui qui a signé l’accord passé avec la NEFU, l’Université fédérale du Nord-Est, dans la république russe de Sakha, qui a mené les travaux pour retrouver l’animal disparu.

 

 


En septembre 2011, c’est le même professeur Hwang qui avait annoncé le clonage de huit coyotes. Par la suite, son savoir-faire a incité la fondation Sooam à s’engager dans le clonage de chiens. Depuis, elle propose ce type d’opération moyennant 100 000 dollars (76 500 euros).

Pour le professeur Hwang, c’est un renouveau. Il était devenu célèbre dans son pays en 1999 en annonçant avoir réussi le clonage de bovins. Même s’il n’avait jamais fourni les preuves scientifiques de ses recherches, le chercheur avait acquis une notoriété réelle en mettant en avant le potentiel économique de ses travaux.

ANNONCE DU CLONAGE D’UN EMBRYON HUMAIN

Sa reconnaissance a pris une nouvelle dimension après la publication en 2004 et 2005 de deux articles dans le prestigieux magazine scientifique américain Science. Il y présentait les recherches qui lui ont permis de créer, pour la première fois, un embryon humain cloné et d’en extraire des cellules souches. En 2005, il dévoilait “Snuppy”, un chien cloné. Cette fois, son travail était avéré. Il devient alors un véritable héros national, reçoit le prestigieux Prix du scientifique suprême et voit ses travaux faire l’objet d’une émission spéciale de timbres par la poste sud-coréenne.

Mais ses annonces sur les cellules souches embryonnaires soulèvent vite des interrogations. Des révélations sur les méthodes du professeur Hwang par son collaborateur, Roh Sung-il, diffusées par le célèbre magazine d’investigation “PD Su-cheop”, de la chaîne de télévision MBC, n’entament pourtant pas sa crédibilité auprès du public sud-coréen. Devenu fierté nationale, il est quasiment intouchable. L’enquête de “PD Su-cheop” incite les partenaires de l’émission à lui retirer leur soutien. Les critiques du scientifique se voient reprocher leur manque de “patriotisme”. Même le président sud-coréen de l’époque, Roh Moo-hyun, lui apporte son soutien.

Néanmoins, l’étau se resserre. Fin 2005, la prestigieuse université de Séoul, qui emploie le professeur Hwang, ouvre une enquête à l’issue de laquelle, en janvier 2006, est annoncé que les informations données dans les articles de Science ont été fabriquées. La commission mise en place à cette occasion qualifie la fraude de “tromperie en direction de la communauté scientifique et du grand public”.

S’il présente ses excuses pour avoir “provoqué un choc et des déceptions”, Hwang Woo-suk refuse néanmoins d’admettre sa responsabilité, accusant ses collaborateurs de lui avoir fourni de fausses informations. Mis en examen en mai 2006 en compagnie de plusieurs collaborateurs, il se voit retirer la licence l’autorisant à mener des recherches sur les cellules souches embryonnaires.

En 2009, il est reconnu coupable et condamné à deux ans de prison avec sursis pour détournement de fonds publics et violations des règles de la bioéthique. La peine est réduite en appel à dix-huit mois avec sursis. Ce qui ne le dissuade pas de reprendre ses travaux sur le clonage au sein d’une structure qui affirme entretenir des partenariats avec plusieurs universités, dont l’université nationale de Séoul, l’ancien employeur du professeur Hwang.

link:http://www.lemonde.fr/planete/article/2006/05/12/le-heros-dechu-du-clonage-sud-coreen-hwang-woo-suk-inculpe-de-fraudes_770865_3244.html

En 2006, un grand scandale touche un des “pionnier du clonage” Hwang Woo-suk a été inculpé, vendredi 12 mai, par la justice sud-coréenne, de fraude et détournement de fonds dans le cadre d’une enquête sur la falsification de ses travaux, a indiqué une source judiciaire à Séoul. “Le Dr Hwang a été inculpé pour des accusations de fraude, détournement de fonds et violation de la bioéthique. Et cinq autres [scientifiques] ont été également inculpés”, a précisé un haut représentant du parquet de Séoul, Lee In-kyu.
Ces inculpations interviennent après cinq mois d’enquête sur la nature des falsifications scientifiques du professeur Hwang et des présumés détournements de fonds. Selon M. Lee, l’ancien professeur a détourné la somme de 2,8 milliards de won (2,35 millions d’euros) de fonds publics et privés destinés à ses recherches. Une partie de ce montant a été utilisée pour payer des donateurs d’ovules, procédure pourtant interdite par la loi sur la bioéthique, a poursuivi le responsable judiciaire.

FALSIFICATION DU RÉSULTAT DE SES RECHERCHES
Le Dr Hwang a également remis de l’argent à des politiciens et des cadres d’importants conglomérats qui avaient fait des dons à son équipe de recherche, précise la source judiciaire. Une commission d’enquête gouvernementale a récemment conclu que les pratiques comptables du médecin ne respectaient pas les règles établies et qu’il a conservé des millions de dollars sur des comptes bancaires, dont il avait coutume d’extraire de l’argent en liquide. Déchu de tous ses titres universitaires et scientifiques et interdit de recherches, l’ancien héros du clonage âgé de 52 ans a été reconnu coupable par ses pairs de l’université d’avoir falsifié deux “premières mondiales” revendiquées dans le domaine du clonage thérapeutique : l’extraction en 2004 d’une lignée de cellules souches à partir d’embryons obtenus par clonage et, en 2005, la production encore plus extraordinaire de onze colonies. Il a par contre réussi le clonage d’un chien en août 2005, selon la revue scientifique britannique Nature.L’enquête menée par la justice sud-coréenne confirme la falsification. “Hwang a demandé à son équipe de falsifier des données, dont des photos, le nombre de cellules souches et les résultats des analyses ADN, apparues dans les articles publiés en 2004 et 2005 dans le journal américain Science, a précisé M. Lee. Le journal anglais a depuis fait retirer cette publication.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: